How much biofuels contribute to higher food prices?

video by mdr+ design via youtube

The idea of turning farms into fuel plants seemed, for a time, like one of the answers to high global oil prices and supply worries […] But now a reaction is building against policies in the United States and Europe to promote ethanol and similar fuels, with political leaders from poor countries contending that these fuels are driving up food prices and starving poor people. Biofuels are fast becoming a new flash point in global diplomacy, putting pressure on Western politicians to reconsider their policies, even as they argue that biofuels are only one factor in the seemingly inexorable rise in food prices.

In some countries, the higher prices are leading to riots, political instability and growing worries about feeding the poorest people. Food riots contributed to the dismissal of Haiti’s prime minister last week, and leaders in some other countries are nervously trying to calm anxious consumers.

At a weekend conference in Washington, finance ministers and central bankers of seven leading industrial nations called for urgent action to deal with the price spikes, and several of them demanded a reconsideration of biofuel policies adopted recently in the West […] While there is agreement that the growth of biofuels has contributed to higher food prices, the amount is disputed.

Work by the International Food Policy Research Institute in Washington suggests that biofuel production accounts for a quarter to a third of the recent increase in global commodity prices. The Food and Agriculture Organization of the United Nations predicted late last year that biofuel production, assuming that current mandates continue, would increase food costs by 10 to 15 percent.

Ethanol supporters maintain that any increase caused by biofuels is relatively small and that energy costs and soaring demand for meat in developing countries have had a greater impact. “There’s no question that they are a factor, but they are really a smaller factor than other things that are driving up prices,” said Ron Litterer, an Iowa farmer who is president of the National Corn Growers Association…

by Andrew Martin
the New York Times

………………………………………………………………………………………………………………………….

Liberation: Interview au Jean Ziegler, rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l’alimentation.

Les « émeutes de la faim » sont-elles un facteur d’instabilité planétaire?

Oui, parce qu’elles ne sont pas conjoncturelles, mais structurelles. Elles ne sont pas directement liées à des phénomènes climatiques (sécheresse en Australie) ou de développement (nouvelles classes consommatrices en Inde ou en Chine). Quand le prix du riz flambe de 52% en deux mois, celui des céréales de 84% en quatre mois, et quand le prix du fret explose avec celui du pétrole, on précipite 2 milliards de personnes sous le seuil de pauvreté.

Quelles peuvent être les conséquences?

On en voit les prémices aujourd’hui, avec les champs de riz gardés par l’armée en Thaïlande, la bataille pour le pain en Egypte, les morts par balles à Haïti. On va vers une très longue période d’émeutes, de conflits, des vagues de déstabilisation régionale incontrôlable, marquée au fer rouge du désespoir des populations les plus vulnérables. Avant la flambée des prix déjà, un enfant de moins de 10 ans mourait toutes les 5 secondes, 854 millions de personnes étaient gravement sous-alimentées ! C’est une hécatombe annoncée. Les ménages consacrent de 10 à 20% de leur budget dans l’alimentation en Occident, et de 60 à 90 % dans les pays les plus pauvres : c’est une question de survie.

Où sont les responsabilités?

Principalement dans l’indifférence des maîtres du monde, pays riches ou grands émergents. Les opinions publiques s’offusquent-elles de la famine dans le nord de l’Inde, comme il y a deux ans, ou des populations du Darfour ? Quand on lance, aux Etats-Unis, grâce à 6 milliards de subventions, une politique de biocarburant qui draine 138 millions de tonnes de maïs hors du marché alimentaire, on jette les bases d’un crime contre l’humanité pour sa propre soif de carburant… On peut comprendre le souhait du gouvernement Bush de se libérer de l’emprise des énergies fossiles importées, mais c’est déstabilisant pour le reste du monde. Et quand l’Union européenne décide de faire passer la part des biocarburants à 10 % en 2020, elle reporte le fardeau sur les petites paysanneries africaines…

Les biocarburants ne sont pas seuls responsables…

Les pays les plus pauvres paient leur quittance au FMI. Malgré les allégements de dette, 122 pays avaient une ardoise de 2 100 milliards de dollars de dettes cumulées en 2007. Les plans d’ajustement structurels du FMI imposent toujours des plantations d’exportation qui doivent servir à produire des devises et permettre aux pays du Sud de payer les intérêts de la dette aux banques du Nord. Ajoutez à cela les subventions agricoles à l’exportation qui laminent les marchés agricoles locaux, et vous arrivez à une situation explosive….

6999739199_28d01b807b_z

USDA photo by Kendra Cross

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s